Remarque

Ce format d’histoire multimédia utilise du contenu audio et vidéo. Veuillez vérifier que vos haut-parleurs sont allumés.

Utilisez la roulette de la souris ou les touches de direction de votre clavier pour parcourir les pages.

Balayer pour parcourir les pages.

Démarrer

CapEx pastoralisme

Logo https://sdc.pageflow.io/pastoralism_fr

Overview

Processus d’apprentissage du sous-groupe Pastoralisme du réseau Agriculture et Sécurité Alimentaire
Accéder à la première page
Les employés de la DDC travaillant dans le domaine du pastoralisme, en Afrique de l’Ouest et dans la corne de l’Afrique, se sont engagés dans un processus d’apprentissage par la capitalisation d’expériences sur ce thème. Le processus a démarré, de manière structurée, en mars 2014. L’objectif, pour les employés de la DDC avec un portefeuille en pastoralisme, était d’apprendre des expériences les uns des autres, et individuellement d’accroître leur expertise, dans huit domaines clés choisis.

Ce récit met en lumière le concept et les différentes étapes du processus, et donne la voix à tous les acteurs impliqués.
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Scroll up
Scroll left
Scroll right
Scroll down

Chargez le PDF


Accéder à la première page

How it all began

Pendant l’atelier de planification stratégique régionale de Nairobi, en mai 2012, l’équipe du programme Corne de l’Afrique a pris conscience qu’elle avait besoin d’apprendre des expériences de l’équipe Sahel, en matière de pastoralisme. Du coup, quand le groupe thématique Développement rural et sécurité alimentaire de la Division Afrique de l’ouest de la DDC s’est rencontré à Accra en avril 2013, l’idée a été formellement proposée, et adoptée. A la rencontre suivante du groupe thématique Développement rural, à Biltine, au Tchad, en mars 2014, les personnes concernées ont démarré une discussion sur les thématiques clé autour desquelles elles souhaitaient explorer davantage les expériences d’autres pays, puisqu’elles manquaient de connaissances solides sur ces sujets. Cette première mise en commun du sous-groupe a donné lieu à une liste de 17 questions référence. Les membres du sous-groupe Pastoralisme ont ensuite identifié neuf sujets prioritaires, lors d’un processus de sélection participatif, et se sont engagés à être coordinateurs et/ou contributeurs sur un ou plusieurs de ces thèmes. Cette étape a permis aux membres de s’approprier le processus.
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page

Getting started

Les activités pouvaient désormais commencer. En octobre 2014, le groupe de pilotage (mandaté pour diriger le processus) recrute un facilitateur qui doit malheureusement se retirer du projet pour raisons personnelles. En février 2015, deux facilitateurs reprennent le flambeau : Ernst Bolliger pour conceptualiser et faciliter le processus de capitalisation ; Ann Waters-Bayer pour donner son avis d’experte sur les thèmes sélectionnés, et pointer les équipes des bureaux de coopération vers des organisations, ressources et travaux de recherches pertinents. Au cours de cette phase, les coordinateurs des thématiques clé collectent du savoir, documentent des expériences, mènent des entretiens avec des experts, accèdent à diverses ressources sur leur thème et échangent avec les autres membres du sous-groupe.
Avec l’appui d’Ernst Bolliger, les CPN organisent deux ateliers d’une journée, au Mali et au Bénin, pour rassembler des expériences sur les thèmes choisis et les discuter avec les acteurs locaux concernés. Les autres coordinateurs de thèmes profitent des moments forts dans leurs programmes pour collecter des expériences externes ou bien ils contactent des organisations partenaires, des représentants gouvernementaux ou des instituts de recherche. Dans le cadre de ce processus d’apprentissage, les facilitateurs mettent aussi les équipes de la DDC en contact avec des experts externes, de Mongolie et d’Asie Centrale.
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Parallèlement à la collecte d’expériences sur les thèmes choisis (le nombre est finalement passé de neuf à huit car deux thèmes ont fusionné), chaque CPN en charge d’un thème commence à rédiger un CapEx brief, sur la base d’un canevas suggéré par les facilitateurs. De plus, les facilitateurs ont commenté les différentes versions des briefs jusqu’à celles présentées au workshop d’Isiolo.
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page

Workshop

Le workshop d’Isiolo a rassemblé les coordinateurs et contributeurs des huit thèmes choisis, pendant cinq jours. Des représentants de la DDC à Berne, d’organisations expertes sur un ou plusieurs des thèmes, provenant des régions impliquées, mais également d’Asie Centrale, les ont rejoints à Isiolo. Pendant une journée, tous les participants ont également eu l’occasion d’échanger avec des représentants d’une association d’éleveurs de la région d’Isiolo. Le workshop avait été conçu de façon très participative. Cela a permis des échanges accrus entre les différents porteurs d’expériences, et l’intégration de nouvelles idées dans les briefings CapEx. Le 4ème jour du workshop, les coordinateurs ont révisé leurs briefings sur la base des apports et commentaires reçus les jours précédents. Durant les semaines suivantes, leurs pairs ont continué à proposer des révisions. Vous trouvez les versions finales des briefings CapEx ici.
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
The process of experience capitalization is very important because it allows us to have enough information and enough knowledge to be able to make a new start regarding this topic.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
If this process would be done again, for me it would be necessary to have a launching workshop after recruiting the facilitators, in order to allow the stakeholders in this process to better understand their role and to be better prepared.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
These experiences have allowed us to see beyond Mali, beyond the Sahel, and to turn to all Africa. Here experiences and innovations take place that allow us to update our programs, to get new ideas and leverage to enhance our current activities.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
I recommend such a workshop for other domains, because it allows to bring together different experiences from different contexts. At the same time I recommend, that there is no need  to hurry with such processes. It has to be long, you need to take your time, it has to be well prepared. In the workshop we will meet only for five days and not everything can be solved here. But if there is a good preparation behind it – before the workshop – this could really be a big success.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
Un côté est de considérer le temps nécessaire pour planifier un tel atelier. L’autre est de trouver les bonnes personnes ressource pour appuyer le processus.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
Nous discutons de tellement beaucoup de différents thèmes – plus de huit – dans le processus CapEx. Et nous pouvons facilement thématiser et capturer à tous les sujets si nous discutons ensemble, sans lire une masse de journaux académiques et sans rester seuls dans les bureaux. Une semaine peut générer beaucoup. Et la meilleure chose qui peut être faite lors de tels ateliers est de discuter les questions avec les communautés et les personnes ressources locales.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
Concernant les recommandations pour le processus général de CapEx : nous étions des participants venant de différents endroits de l’Afrique, il y avait des personnes de l’Afrique de Ouest, de l’Afrique de l’Est … Quelquefois la communication était un peu difficile. Pour un prochain processus CapEx il serait important de traduire et partager les CapEx briefs déjà avant l’atelier. Ainsi les réactions peuvent être collectées avant l’atelier. Avant de conduire un tel atelier il serait important d’organiser des ateliers intermédiaires pour renforcer la compréhension et de collecter plus des réactions et plus des contributions. Je recommanderai ces deux points pour un future CapEx processus.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
What I would recommend mostly is to take maybe a reduced number of topics and to take the time to work on them more in-depth. And then to take the time to share experiences regarding the two or three topics and to really integrate these experiences. Like this we would finalize and complete well our experience capitalization processes.

Ouvrir audio

Accéder à la première page
0:00
/
0:00
Démarrer Audio maintenant
L’idée de développer un produit, un document dans un processus de travail en équipe est vraiment enrichissante et a une influence positive sur la qualité du produit. Si vous envisagez d’organiser und processus de capitalisation d’expériences je vous rappelle de prendre en considération les coûts. Je pense que nous apprenons toujours dans de tels processus – indépendamment du coût – mais quelquefois ils sont vraiment très chers !

Ouvrir audio

Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page

Outlook

Le dernier jour du workshop a servi à définir les prochaines étapes, de façon à intégrer les connaissances et résultats du processus CapEx dans les programmes, et au niveau stratégique. Les participants au workshop ont exprimé un vif intérêt de maximiser l’impact du processus CapEx, et de le faire connaître.
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Fermer
Accéder à la première page
Un aspect important de cette capitalisation des expériences est que l'initiative et l'identification des questions sur lesquelles ils fallait capitaliser venaient du terrain
Le processus d'apprentissage avait assez de temps pour se developer. Au même temps il est important de ne pas surcharger les participants du processus d'apprentissage.
Une approche participative a encouragé les participants d'assumer des responsabilités.
Les CapEx briefs ont servi comme guides pour synthétiser les expériences et pour établir une base commune sur laquelle les participants pouvaient échanger sur les différents thèmes.
Accéder à la première page

More Information

Pour plus d'information sur le pastoralisme et les activités de la DDC dans le domaine de l'agriculture et la sécurité alimentaire voir le site web du réseau A+FS.

Merci à Adamou Boureima, Markus Eggenberger, Hamet Cissé, Manuel Flury, Andrea Siclari pour la participation active au début du processus.

Merci au core group qui a dirigé le processus: Marc Bloch, Felix Fellmann, Manuel Flury, Pascal Rouamba et Laurence von Schulthess.

Merci à Ernst Bolliger et Ann Waters-Bayer pour la facilitation du processus d'apprentissage.

Trouvez d'autres examples de capitalisations d'expérience et d'autres expériences d'apprentissage sur le site web de l'équipe apprentissage et réseaux. 
Accéder à la première page
Faire défiler pour continuer Glissez pour continuer
Balayer pour continuer